Manifestations

61’901 personnes exigent des critères très stricts pour les agrocarburants

/admin/dbproxy.php?table=news&column=image&id=56
Berne, 24 février 2011

Pétition : L’assiette avant le réservoir !

Les agrocarburants aggravent la faim et détruisent les forêts tropicales. 35 organisations et 61’901 citoyennes et citoyens inquiets demandent, avec la pétition déposée aujourd’hui, que la Confédération édicte des critères d’autorisation très stricts pour les agrocarburants en Suisse. Cette pétition tombe à point : elle soutient une proposition de loi de la Commission de l’environnement du Conseil national. À Delémont, les plans de la fabrique d’agrocarburants ont déjà été retirés face aux protestations.

Las Pavas: Le conflit avec Daabon, producteur huile de palme bio, s’aggrave

16.2.2011

Le conflit de droits de terrain entre le consortium El Labrador et les 123 familles de petits exploitants de Las Pavas n’est encore pas résolu. Face à leur situation critique, les petits exploitants ont décidé de retourner sur leur territoire. Malgré l’annonce du 28 octobre 2010, Tequendama/Daabon est encore partenaire au consortium El Labrador. Le consortium a accusé les paysans d’être violants, de squatter illégalement de la propriété privée et de mettre en péril la paix dans la région. En moment, à Daabon sont accordées environ une douzaine des cachets bio, entre autre de Bio Suisse, et Daabon se présente comme entreprise écologique et responsable social auprès des foires bio.

Le projet d'usine de bioéthanol à Delémont tombe à l'eau

13.2.2011

Delémont n'accueillera pas la première usine de raffinage de bioéthanol en Suisse. Le projet de Greenbioenergy, devisé à 100 millions de francs et qui devait permettre la création de 20 à 25 emplois, tombe à l'eau. L'information, révélée par le "SonntagsBlick", a été confirmée à l'ATS par Jean-François Gnaegi, porte-parole du projet. D'une part, la commune de Delémont n'a pas octroyé le permis de construire, posant à chaque fois de nouvelles exigences en matière de sécurité, de l'autre, alcosuisse a renoncé à vendre le terrain, a-t-il expliqué. Le Conseil communal delémontain n'entendait pas délivrer le permis de construire avant d'avoir l'assurance que les promoteurs obtiennent toutes les autorisations d'exploitation nécessaires. Les investisseurs scandinaves à la base du projet ont finalement renoncé. L'usine jurassienne aurait dû produire annuellement près de 100'000 tonnes de biocarburant issu de la canne à sucre. Selon ses promoteurs, il s'agissait du plus gros investissement privé dans l'histoire du Jura.

Vives oppositions
Le projet avait immédiatement suscité de vives oppositions, malgré le soutien du gouvernement jurassien. La plupart d'entre elles émanait de membres du collectif contre l'importation d'agrocarburants qui agissent en tant que citoyens. Selon les milieux écologistes, la culture intensive de la canne à sucre entraîne des violations des droits de l'homme, la déforestation et la disparition de l'agriculture alimentaire, contribuant ainsi à la faim dans le monde. Mais le projet était aussi menacé par une initiative cantonale qui exige un moratoire sur les agrocarburants. Le texte demande une interdiction durant cinq ans au moins sur le sol jurassien de la production ou de la transformation d'agrocarburants à partir de végétaux.

source: CIAD

Vers une réglementation plus sévère des biocarburants

Berne, le 17.11.2010

Actuellement, la commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil national (CEATE) s’est prononcée pour des critères plus sévère concernant l’allégement fiscal des biocarburants. Entre autres, il faut prouver que la production des matières premières ne nuise en aucun cas à l’environnement, qu’elle ne s’effectue que sur des surfaces acquises légalement et que la sécurité alimentaire est garantie. En plus, le projet aimerait obliger le conseil fédéral à introduire une obligation d’homologation en cas d’une offre croissante des biocarburants qui ne remplissent pas les critères pour l’allégement fiscal.

Voici plus de détails
.

50'000 signataires pour pétition agrocarburants

Berne, le 10.11.2010

Actuellement, la commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie (CEATE) du conseil national délibère d’une proposition pour la législation portant sur l’exonération d’huile minérale d’agrocarburants. Pourtant, la proposition se limite qu’à des critères écologiques et ne prend pas en compte la sécurité alimentaire des hommes dans les pays d’origine ainsi que leurs droits à la terre.

C’est la raison pour laquelle en Suisse il y a une récolte des signatures pour des critères plus complètes. Les trentaine d’organisations qui y participent, des domaines de la coopération au développement, de l’écologie et de l’agriculture, ont récolté 50'000 signatures jusqu’au 5 novembre de cette année. Chaque interessé peut signer en ligne sur www.petition-agrotreibstoffe.ch/petition.php?lang=fr.

Concrètement, la plateforme demande des critères renforcés concernant l’avantage fiscal ainsi qu’une procédure d’approbation pour des agrocarburants. Les projets de raffinerie pour des agrocarburants en Suisse devraient prouver, lors l’approvisionnement de leurs matières premières, qu’ils sauvegardent les droits de propriété des indigènes et que les matières premières ne menacent pas la sécurité alimentaire et l’écologie dans les pays d’origine. D’après le standard actuel, les deux projets de raffinerie à Bad Zurzach et à Delémont, qui se trouvent en phase de planification, ne rempliraient pas les conditions souhaitées par la pétition.

Vous pouvez soutenir la pétition avec votre signature encore jusque le 15 janvier 2011!

Nouvelle étude du Mozambique: Jatropha comme aberration

 Berne, le 19 août 2009

Les agrocarburants à base de noix de jatropha ne constituent pas une solution durable et leur culture concurrence les productions alimentaires. Les faits sont confirmés par une nouvelle étude en provenance du Mozambique, commanditée par la plate-forme suisse agrocarburants. L’étude paraît à point nommé, juste avant une importante décision du Parlement sur l’initiative Rechsteiner pour un moratoire sur l’importation d’agrocarburants. Elle dévoile la triste réalité à laquelle sont confrontés les petits paysans du Mozambique et confirme ainsi la nécessité du moratoire.

Révolte des coupeurs de canne à sucre

 La Colombie est actuellement secouée par deux mouvements sociaux aussi prolongés qu'inattendus. A quelques semaines d'intervalle, les ouvriers agricoles et les peuples indigènes –deux communautés parmi les plus marginalisées– ont entamé un bras de fer avec les autorités et le patronat, rappelant au pays la réalité d'une Colombie rurale et démunie, volontiers occultée par les discours du président Alvaro Uribe sur la croissance et l'insertion dans la globalisation.

Article >>

La crise alimentaire mondiale et le droit à l´alimentation

Par Christophe Golay, CETIM (série cahiers critiques), décembre 2008

La question de l’accès à l’alimentation est plus que jamais d’actualité. Depuis l’éclatement de la crise alimentaire du printemps 2008, tous les Etats, toutes les agences des Nations Unies et une grande partie des mouvements sociaux ont pris position sur les causes de la crise et les moyens d’y remédier. Paradoxalement, l’approche de la lutte contre la faim et de la sous-alimentation qui est basée sur le droit à l’alimentation, prônée par les Etats, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la société civile depuis 1996, semble perdre du terrain, au moment où elle pourrait être la plus utile.

Cahier en français
Cahier en anglais
Cahier en español

Initiatives parlementaires: souveraineté alimentaire et agrocarburants

Par Valentina Hemmeler Maïga, octobre 2008

Les parlementaires ont dû jouer du crayon pour signer une initiative concernant la souveraineté alimentaire déposée par Jacques Bourgeois, conseiller national radical et directeur de l’Union Suisse des Paysans et une autre concernant un moratoire sur l’importation  des agrocarburants déposée par Rudolf Rechsteiner, conseiller national socialiste et publiciste.

En Colombie les pouvoirs et les propiétaires térriens: grands promoteurs des agrocarburants

Par Valentina Hemmeler Maïga, octobre 2008

Trois Colombiens, invités par le «groupe de travail Suisse-Colombie», sont venus parler de ce qu’ils vivent sur le terrain dans ce pays d’Amérique latine fort convoité pour le développement des productions d’agrocarburants, notamment à base de palmiers à huile.

Majorité nationale contre les agrocarburants

Une initiative parlementaire déposée pendant la session d’automne par le Conseiller national socialiste et Président de Swissaid Rudolf Rechsteiner exige un moratoire de cinq ans sur les importations d’agrocarburants en Suisse. C’est la première fois qu’une offensive politique lancée sur ce thème reçoit un tel soutien politique: 105 conseillères et conseillers nationaux de tous les partis ont signé l’initiative.

Rapport sur les agrocarburants et le droit à l'alimentation

Un rapport publié en juin 2008 de l'Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture analyse les conséquences de la production des agrocarburants sur le droit à l'alimentation.
 „Nous ne pourrons jamais réduire notre problème de mobilité occidentale grâce à la culture intensive de plantes source d’énergie, ce qui empirerait massivement les problèmes de faim dans le monde et d’environnement dans les pays du Sud. Il faut qu’au niveau mondial, cette tendance soit immédiatement stoppée.“

Maya Graf, Conseillère nationale Verte, paysanne bio.

Vous aussi vous pouvez contribuer

Ce que vous pouvez contribuer à réduire la crise d`énergie et du climat actuel:
  • en utilisant la voiture de manière écologique (conseils)
  • en se servant du vélo ou des transports publics
  • en réduisant les voyages par avion
  • en favorisant des produits régionaux, saisonniers et de commerce équitable
  • en sensibilisant notre entourage au problème des agrocarburants
Shadow bottom Page